Rechercher

Bien vivre ses règles au naturel

Mis à jour : 3 juil. 2020


Que mettent les industriels dans les protections conventionnelles?

Une fois n'est pas coutume, je m'adresse aujourd'hui un peu plus particulièrement à la gente féminine (mais messieurs, vous pouvez tout aussi bien lire ce post évidemment ;-) ).


Tout d'abord, nous allons planter le décor (pas joli joli je vous préviens)

En 2017, un reportage sur Arte nommé "Tampon, notre ennemi intime" (la vidéo n'est pas disponible mais quelques infos sur celle-ci) a fait beaucoup de bruit et sans doute réfléchir plus d'une âme (dont je fais partie) qui n'avait pas conscience à l'époque des effets négatifs des "protections conventionnelles".

La France à alors découvert (en partie du moins) la composition des protections hygiéniques qui, d'une part n'est pas clairement indiquée sur les paquets et de l'autre n'est pas glorieuse. Les protections jetables (serviettes et tampons, même combat) que l'on achète sont majoritairement composées de coton et de viscose.

Là où le bat blesse c'est que le dit coton est joliment blanchi à coup de chlore après avoir reçu des quantités impressionnantes d'herbicides pour en augmenter sa production.

De son côté la viscose (généralement principal composant) est également blanchie à grand coup de dioxyde de chlore. A croire que sa couleur naturelle n'est pas très vendeuse (pas