Rechercher

Bien vivre ses règles au naturel

Mis à jour : 3 juil. 2020


Que mettent les industriels dans les protections conventionnelles?

Une fois n'est pas coutume, je m'adresse aujourd'hui un peu plus particulièrement à la gente féminine (mais messieurs, vous pouvez tout aussi bien lire ce post évidemment ;-) ).


Tout d'abord, nous allons planter le décor (pas joli joli je vous préviens)

En 2017, un reportage sur Arte nommé "Tampon, notre ennemi intime" (la vidéo n'est pas disponible mais quelques infos sur celle-ci) a fait beaucoup de bruit et sans doute réfléchir plus d'une âme (dont je fais partie) qui n'avait pas conscience à l'époque des effets négatifs des "protections conventionnelles".

La France à alors découvert (en partie du moins) la composition des protections hygiéniques qui, d'une part n'est pas clairement indiquée sur les paquets et de l'autre n'est pas glorieuse. Les protections jetables (serviettes et tampons, même combat) que l'on achète sont majoritairement composées de coton et de viscose.

Là où le bat blesse c'est que le dit coton est joliment blanchi à coup de chlore après avoir reçu des quantités impressionnantes d'herbicides pour en augmenter sa production.

De son côté la viscose (généralement principal composant) est également blanchie à grand coup de dioxyde de chlore. A croire que sa couleur naturelle n'est pas très vendeuse (pas très "banckable" le marron pour accueillir du rouge visiblement).

Bien évidement d'autres produits tout aussi néfastes entrent dans la composition. Petite liste non exhaustive mais déjà bien effrayante: Pétrole, plastique, produits de synthèses, perturbateurs endocriniens...



Problème sanitaire

Il faut bien se rendre compte que ces produits sont en contact direct avec une partie intime de notre corps environ une semaine par mois (en moyenne). Il peut en résulter des irritations, des mycoses... mais c'est loin d'être le plus grave.

Le choc toxique menstruel n'arrive malheureusement pas qu'aux autres et est maximisé par les produits nocifs contenus tampons. Il dérègle les organes les uns après les autres et peut laisser des séquelles irréversibles et parfois conduire jusqu'à la mort.

Environnementalement parlant


Au niveau environnemental, il est facilement compréhensible que c'est une catastrophe sans nom. De sa conception à son élimination, on ne lui trouve que des défauts.

Lors de la fabrication, les industriels utilisent 7000 à 30 000 litres d'eau pour faire 1kg de cellulose, on ne compte pas ici ce qu'il faut pour le coton, le plastique (de la protection en elle même mais également de son emballage)...

A l'autre bout de la chaine: l'élimination. Là aussi on peux largement mieux faire puisqu'une protection jetable va mettre environ 500 ans à disparaitre sans compter celles qui sont jetées purement et simplement dans la nature menaçant faune et flore sur son passage et dispatchant des micros résidus dans nos eaux.


Maintenant petit problème mathématique. Une femme utilise 10 000 à 15 000 protection au cours de sa vie (environ 300 par an). L'age moyen de la ménopause en France est de 51 ans. Combien de protections hygiéniques pourriez vous économiser à votre corps et à voter planète si vous arrêtiez aujourd'hui? (j'attends vos calculs en commentaires ;-) .


Une vie plus libre

Une boite de protections jetables coute entre 3 et 6 euros soit une moyenne de 104€ par an. Si je vous dit que, selon les méthodes vous pouvez diviser ce budget par 2 voir le réduire à 0... des sceptiques n'est ce pas? Le marketing nous bourre le crane avec des méthodes couteuses et dangereuses pour notre santé mais cherchons plus loin.

La cup, les culottes et serviettes lavables, le flux instinctif libre. Des méthodes peu connues du grand public et pourtant tout aussi efficaces voir plus.

Chacune sa préférence mais quel que soit votre choix, il sera meilleur sur bien des plans à commencer par voter confort. Fini les matières synthétiques irritantes, gênantes et odorantes. Fini la peur du "débordement". Fini l'urgence de trouver une protection en cas de débarquement avancé. Bref, on ne revient plus en arrière quand on a sauté le pas.


Quelle alternative pour moi?


Maintenant que vous avez les yeux ouverts et les oreilles à l'écoute, il va falloir choisir l'alternative qui vous convient le mieux à vous et à vous seule car oui c'est une choix personnel. Votre meilleure amie peut être en parfaite adéquation avec sa cup, ça ne vuet pas dire que ça va vous convenir.


La cup menstruelle




La CUP est sans conteste la petite chouchou du moment (réseau sociaux..) . C'est à mon sens une bonne alternative (mais pas la seule) pour celles qui utilisent des tampons.


Cette petite coupelle en silicone chirurgical se place simplement à l'entrée du vagin et recueille l'écoulement de sang. Attention, pour éviter les fuites, il faut choisir la bonne taille (celle-ci peut varier si on a déjà eu un accouchement ou non...) et la mettre correctement en place ce qui implique tout de même d'être à l'aise avec son corps.

Autre élément très important quand on envisage ou qu'on utilise la cup c'est l'hygiène (bien nettoyer à chaque utilisation et stériliser entre 2 cycles. Il faut également la porter pendant une durée maximale de 6 heures puis la vider (là encore le risque de choc toxique existe, il faut bien suivre les recommandations)

Enfin, nous finirons sur la cup en parlant de son cout. Entre 15 et 35€ pour 5 ans d'utilisation. Je vous avait bien dit qu'on avait un rapport qualité prix bien plus intéressant qu'avec les produits jetables.


Les serviettes hygiéniques lavables

Ici, on est sur de la serviette hygiénique tout ce qui a de plus classique sauf que: on enlève tout ce qui est produits controversés et qu'on utilise la même serviette en coton qu'on lave (à l'eau froide sinon le sang coagule et impossible de l'enlever ensuite).

Elles se composent de plusieurs couches de tissus dont la dernière est imperméable (bah oui, le but c'est quand même pas de tacher tes vêtements).


Niveau confort, la différence avec une serviette jetable est indiscutable. Comment dire... On respire. Elle s'utilise de la même manière sauf qu'elle ne se scotch pas mais se clips avec un bouton pression. Elle absorbe parfaitement et ne se voit pas (à vous de choisir entre les différentes tailles et niveau d'absorption à l'instar des "goutes" sur les paquets conventionnels).

La seule différence réside dans le "après". Pour être certaine qu'elle ressorte comme neuve, je te conseil de les laver à l'eau froide pour enlever le plus possible de sang puis de les laisser tremper une nuit si vraiment tu veux qu'elle ressorte comme neuve (même sans le trempage elles ressortent généralement nickel). Le lendemain en machine et après séchage elles sont de nouveau prêtent pour la course.


Au niveau du prix, là encore, on y gagne puisqu'on trouve des serviettes lavables entre 9 et 25€ en moyenne (selon l'absorption recherchée). Si c'est le seul moyen de protection, il faut en avoir au moins 6 dans son placard et elles ont une durée de vie de 3 à 5 ans. Soit environ 100 à 150€ pour 3 à 5 ans (pour rappel avec du jetable on était sur plus de 100€ annuel). Et pour les bonnes couturières, elles peuvent vous couter encore moins. de nombreux tutos existent désormais sur le sujet.



La culotte lavable.


Ici, on est sur le même principe que pour les serviettes lavables mais la protection est directement intégrée dans une culotte. Elles sont top au niveau confort et on oublierait presque qu'on les portes. Elles demandent le même genre d'entretien que les serviettes lavables (eau froide ect...)

On trouve des modèles très jolis avec de la dentelle... De quoi se sentir belle même pendant cette période du mois.

Niveau prix elles sont légèrement plus couteuses que leurs cousines clipsables sur culotte traditionnelle mais elles ont de solides atouts dans leurs poches.

Il vous en coutera environ du 15 à 50€ selon les modèles d’absorption, marques...



Le flux instinctif libre

Il s’agit d’apprendre à écouter son corps et gérer une certaine "continence" menstruelle.

Il ne s'agit pas de retenir le sang pendant de longues heures mais uniquement de décoder les signaux envoyer par notre corps et retenir si nécessaires quelques minutes pour se rendre aux toilettes.

C'est une technique qui s'apprend sur plusieurs cycle et qui a de nombreux avantages.

Niveau prix; c'est simple on est sur du 0 euro, on ne peut pas faire mieux. Niveau qualité écologique et sanitaire c'est sans produits chimiques, perturbateurs endocriniens...

La seule chose qui est réellement nécessaire pour cette méthode c'est un peu d'investissement et d'écoute de son corps.






55 vues0 commentaire

pages.   Merci!!!

Les liens qui vous sont présentés sont des liens d'affiliation qui sont choisis avec soin et qui n'engendrent aucun frais pour vous. Nous travaillons chaque jour à  la recherche des meilleurs produits qui répondent à une qualité stricte.

© 2023 par Anne et Julie. Créé avec Wix.com